top of page

Troubles visuels : quelles sont les aides financières disponibles ?

Vous présentez une déficience visuelle qui impacte votre vie quotidienne. Pour mener à bien certaines activités indispensables, vous devez probablement aménager votre logement, acquérir du matériel spécifique ou solliciter l’accompagnement d’un intervenant à domicile. Saviez-vous que ces dépenses peuvent faire l’objet d’une prise en charge ? En effet, plusieurs dispositifs existent et sont mobilisables sous certaines conditions. Voici de plus amples informations sur les aides financières que vous pouvez solliciter pour vos troubles visuels.


malvoyant

L’Allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH)


Votre enfant est malvoyant. Vous pouvez, sous certaines conditions, percevoir l’AEEH.

L’AEEH correspond à une aide financière ayant pour objectif de compenser les dépenses liées au handicap d’un enfant de moins de 20 ans. Elle se compose d’une allocation de base et d’un complément éventuel, selon le degré de handicap.

C’est la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH), de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH), qui évalue l’éligibilité à l’AEEH. La caisse d’allocations familiales (Caf) ou la mutualité sociale agricole (MSA) verse ensuite chaque mois l’aide aux parents.


malvoyant

La Prestation de Compensation du Handicap (PCH)

La PCH fait partie des aides financières de référence des troubles visuels. Elle compense certaines charges relatives au handicap telles que l’aménagement du lieu de vie, l’aide humaine, animalière ou technique.

La PCH concerne les enfants et les adultes. Pour bénéficier de cette aide, les enfants doivent percevoir l’AEEH (en étant éligibles au complément) et remplir certains critères spécifiques liés au handicap. Les adultes doivent être âgés de moins de 60 ans. Des dérogations peuvent toutefois être accordées aux personnes plus âgées, sous certaines conditions.

C’est également la CDAPH qui octroie la PCH. Le département de résidence verse ensuite l’aide. À noter que le montant de la PCH tient compte des ressources du demandeur.


témoignage un dixème

L’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA)


L’APA est une des aides financières que vous pouvez solliciter si vous présentez des troubles visuels et que vous êtes âgé de 60 ans et plus. Elle vient compenser l’impact financier d’un handicap et/ou d’une perte d’autonomie.

Il existe actuellement deux types d’APA. L’APA à domicile concerne les personnes qui font le choix de rester vivre chez elles. L’APA en établissement s’adresse aux individus qui résident en structure médico-sociale (un EHPAD par exemple).

L’attribution de l’APA dépend de certaines conditions, notamment d’une évaluation du degré de perte d’autonomie. C'est un professionnel de l'équipe médico-sociale du département qui mène cette évaluation et exprime son résultat sous la forme d’un GIR (Groupe Iso Ressources). Pour percevoir l’APA, il faut relever des GIR 1 (degré le plus élevé de perte d’autonomie) à 4..



D’autres aides financières peuvent être accordées en cas de troubles visuels


Selon votre âge et votre situation, vous pouvez bénéficier d’autres prestations.

Si vous êtes lycéen ou étudiant, nous vous invitons à vous renseigner auprès de votre service de santé scolaire ou universitaire. Si vous êtes salarié, n’hésitez pas à vous rapprocher du service des ressources humaines ou de la médecine du travail. En effet, vous pourriez percevoir une aide émanant de l’Agefiph (pour le secteur privé) ou du Fiphfp (pour le secteur public). Certains comités d’entreprises prévoient également des dispositifs spécifiques.

Enfin, nous vous recommandons d’interroger une assistante sociale, votre centre communal d’action sociale (CCAS), votre organisme de mutuelle, et/ou votre caisse de prévoyance ou de retraite.




Comentarios


bottom of page